- Julia Hasdeu écrit sur la première page de son cahier: "carnet de croquis appartenant à Julia Hasdeu"
- Bourgeons d'Avril
- Théâtre. Légendes et contes
- Chevalerie
- Monastère Agapia. Julia et son père ont vécu ici pendant le mois d'août 1888
- Monastère Agapia
- Rue St. Sulpice de Paris. Julia Hasdeu et sa mère vivaient ici
- Edifice no. 28, dans laquelle les deux Julias ont vécu à Paris I
- Edifice no. 28, dans laquelle les deux Julias ont vécu à Paris II
- La porte de l'appartement où les deux Julias ont vécu à Paris
- Lavabo dans la maison où les deux Julias ont vécu à Paris
- Les escaliers de la maison où les deux Julias ont vécu à Paris
- Lavabo dans la maison où les deux Julias ont vécu à Paris
- Les escaliers de la maison où les deux Julias ont vécu à Paris
- Pierre commémorative sur la façade de la maison où les deux Julias ont vécu à Paris. Sur elle, il est écrit: "Cette maison conserve la mémoire d'un grand esprit"
- Collège Sévigné, le lycée parisien où Julia Hasdeu a étudié
- Le réchaud de l'appartement où les deux Julias ont vécu à Paris
- Julia Hasdeu pendant sa période d'études à Paris
- Julia Hasdeu, à l'âge de cinq ans
- "Mlle Julia Hasdeu sur le catafalque" par Sava Hen?ia (après nature)
- Julia Hasdeu pendant sa période d'études à Paris
- Julia Hasdeu dans son dernier jour terrestre. Photo après la peinture de Diogène Maillart (1889)
- Le buste de Julia Hasdeu par Ioan Georgescu (marbre, 1890)
- "Julia Hasdeu dans la bibliothèque" par Diogène Maillart (huile sur toile, 1889)
- Julia Hasdeu à l'âge de cinq ans
- Julia Hasdeu sur le petit cheval
- Julia Hasdeu pendant sa période d'études à Paris I
- Julia Hasdeu pendant sa période d'études à Paris II
- B.P.Hasdeu entre les deux Julias, à Amsterdam, en 1886
- Page écrite par Julia Hasdeu
- Julia Hasdeu écrit sur la première page de son cahier: "carnet de croquis appartenant à Julia Hasdeu"
- Lettre de Gala Galaction (Grigore Pisculescu) à B.P.Hasdeu 1
- Lettre de Gala Galaction (Grigore Pisculescu) à B.P.Hasdeu 2
- Lettre de Gala Galaction (Grigore Pisculescu) à B.P.Hasdeu 3
- La première page de la commémoration de Julia Hasdeu, écrite par Gala Galaction
- Chanson composée par Julia Hasdeu 1
- Chanson composée par Julia Hasdeu 2
- La première page du carnet de Julia Hasdeu
- Carte dessiné par Julia Hasdeu
- Les rêves de Julia Hasdeu
- Les rêves de Julia Hasdeu
- Les dessins de Julia Hasdeu 1
- Les dessins de Julia Hasdeu 2
- Les dessins de Julia Hasdeu 3
- Les dessins de Julia Hasdeu 4

 

B-dul Carol I nr. 199,
Cod postal 105600
TEL: 0244 335.599
FAX: 0244 335.599
office@muzeulhasdeu.ro

 


Nous sommes ouverts:
Lundi: fermé.
Mardi - Dimanche:
9.00 - 17.00
(1 Mars - 31 Octobre)
8.00 - 16.00
(1 Novembre - 28/29 Février)
  L’oeuvre poétique

          Juste après le décès de Julia, dans les pages de La Nouvelle revue, dont le directeur était B. P. Hasdeu, on avait publié certains de ses poèmes. Un numéro de la Nouvelle Revue a été envoyé par le savant à son collègue et ami parisien Michel Bréal, qui a hâte de lui répondre, en confirmant la réception de la revue et en disait que le projet de l'édition des œuvres de la jeune fille a été reçu à Paris avec un grand intérêt. Au cours de l'année 1889, les maisons d'édition Hachette et Socec ont fait possible l’apparition des trois volumes de la collection Œuvres posthumes de Julia B.P. Hasdeu. Le premier volume, qui comprend des poèmes, a été publié en mars 1889, avec un titre choisi par la poétesse, Bourgeons d'avril. Ravi par le volume, Michel Bréal a écrit le 20 avril de la même année: "comme elle aimait la France, elle mérite que nous consacrons pour toujours son nom dans l'honneur et dans l'amour".

          Après la préface signée par B.P. Hasdeu, les lecteurs ont été introduits dans l'univers poétique de Iulia par le comte Angelo de Gubernatis, philologue italien, un ami proche de son père. Basé sur une biographie envoyée par le savant roumain à la fin de l'année 1888, il a tenu une conférence au Cercle littéraire de Florence, dans la soirée du 18 février, l'année prochaine. Dans une lettre envoyée le 15 janvier, Angelo de Gubernatis a annoncé Hasdeu la date de la conférence "au sujet de sa chère fille", qui sera plus tard repris dans La revue internationale. Le 13 mars 1889, la revue a été publiée et, un jour plus tard, Gubernatis envoie un exemplaire à son ami de Roumanie. Un très large public remplie la salle à l'occasion de la conférence du comte. Le président du Cercle littéraire, le marquis Matteo Ricci, un éminent helléniste, traducteur d'Hérodote, lu, à cette occasion, la lettre de B.P. Hasdeu.

          Le volume a été accueilli avec beaucoup d'intérêt par le savant, et même par les amis de la poétesse. Le 9 avril, Emile Boutroux a également confirmé la réception de l'ouvrage. Le 10 juillet, Maurice Albert, le professeur de grec de Julia, a assuré B. P. Hasdeu qu’il avait reçu le second volume de la poétesse, volume appelé Chevalerie. Le 1er décembre 1889, Charles Lavigne, un autre professeur, a écrit à l'érudit qu'il a reçu le troisième volume, qui comprenait aussi la prose dramatique et des croquis. Le maître de la jeune fille s’appropria en partie le mérite d'avoir travaillé avec une telle élève: "il y a un peu de paternité dans le coeur d'un enseignant qui a vu grandir un enfant d’élite et qui a fondé sur un esprit supérieur des espoirs qui ont été en partie atteints". "J'ai vu la grandir l'enfant pour lequel vous pleurez", écrivait le professeur Lavigne deux mois auparavant, "j'ai eu une petite contribution à l'élaboration de son esprit, et je sais mieux que quiconque ce que l'on pourrait attendre de ce intelligence si claire et si vive". A son avis, la mort était une partie des "chagrins qui ne veulent pas être réconfortés". Enfin, il a assuré les malheureux parents que la mémoire de Julia "durera ici, fidèlement préservée, dans l'âme de l'homme qui était son maître". Le 13 janvier 1890, Emile Picot signa une lettre de remerciement à B. P. Hasdeu, dans laquelle il a reconnu que lui et son épouse étaient émus après la réception des trois volumes de Julia. Comme il l'a avoué," ils ont lu ses poèmes avec un intérêt douloureux, poèmes si délicats et harmonieux ", les livres étant "une véritable révélation". Le 2 décembre 1889, Max Müller a également envoyé une lettre de gratification d'Oxford, pour la réception des deux volumes.

          Comme il avait déjà perdu deux enfants, écrivait-il, il n'a pas pu parler de cette expérience. En ce qui concerne l’oeuvre de la poétesse roumaine, il estime "la forme que Julia sut donner à l'enfance, à ses rêves, la forme parfaite de ses aspirations a été merveilleuse".

          Le 7 novembre 1888, Gaston Paris a adressé une lettre à B.P. Hasdeu, déclarant "qu’ils sont touchées par le fait qu’elle a donné à notre langue (français - n. J.T.) l'honneur de l'avoir choisi pour exprimer sa pensée brillante et les plus intimes sentiments". Louis Léger a également exprimé son admiration pour la poétesse: "La France était pour Julia le pays de l'intelligence. Gardons avec du respect la mémoire de cette jeune fille étrangère, qui rêvait d’avoir une place parmi nos maîtres, et dont le nom mérite d'être écrit près les leurs."

          Lazar Saineanu, a pu voir le premier volume, Bourgeons d'Avril, pendant un voyage à Paris, après obtenir le diplôme, au printemps de l'année 1889, alors qu'il visitait Louis Léger. Sur ces pages, il écrit qu’ils " reflètent tous l'originalité d’un talent mature". Visitant régulièrement les deux Iulias à Paris, le jeune homme avait très bien connu Lilica (le surnom de la poétesse). "Moi, qui avait la triste joie de pouvoir observer de près ce formidable esprit", écrit-il à B. P. Hasdeu, le 3 mai 1889, "n'oublierai jamais le charme irrésistible de sa conversation; le français semblait avoir acquis une nouvelle grâce dans sa douce façon de parler". La publication de l'oeuvre de Julia console Hasdeu, qui en avait besoin comme l’air, pour pouvoir vivre, un réconfort d’autant plus important car le savant avait la certitude de l'importance du patrimoine littéraire laissé par sa fille. Lazar Saineanu lui a écrit que "Vous avez raison de trouver votre confort en cueillant ces délicates fleurs, auxquelles la piété parentale et leur valeur intrinsèque assure la place qu'elles méritent dans la littérature poétique". "Il est en effet surprenant de constater la grande disproportion entre l'âge de l'enfant et la qualité, pour ne pas parler de la quantité, de ses créations poétiques".

romana english french